martes, 6 de noviembre de 2012

Israel et l’Humanité- Preface



Editó : Lic. Gabriel Pautasso


PRÉFACE
(premières/first pages)
———

SUR L’ESSAI PRÉSENTÉ — SUR L’AUTEUR — SUR LE TERME HÉBRAÏSME — SUR LES TERMES COSMOPOLITISME, COSMOPOLITE — SUR LA RÉVISION TYPOGRAPHIQUE ET LITTÉRAIRE DU TEXTE — SUR LA STRUCTURE DES NOTES ET ADDITIONS DANS LE PRÉSENT OUVRAGE — SUR LA TENEUR DES NOTES ET ADDITIONS DE L’ÉDITEUR DE LA PRÉSENTE NOUVELLE ÉDITION — SUR LE COPYRIGHT ©, LA LICENCE D’UTILISATION, LES RÉVISIONS ET MISES À JOUR SUCCESSIVES DU PRÉSENT OUVRAGE PUBLIÉ SOUS FORME ÉLECTRONIQUE SUR LE SITE DE L’INTERNET WWWFRDMORG.
———


L’ESSAI  ici  présenté,  édité  en  1885,  est  d’une  portée  aujourd’hui  amplifiée  par  l’actualité.  La  crise  religieuse  et  philosophique  à  portée  politique  dont  il  expose  les  racines  et,  partant,  décrit  les  développements,  était  de  celle  qu’aujourd’hui  l’on  désigne  notamment  comme  «  crise  des  valeurs  »  [1][1].
Cette  crise  opposait  alors  les  libéraux  et  les  orthodoxes  à  l’intérieur  de  chaque  religion  ou  confession  —  catholique,  protestante,  et  aussi  juive  à  la  suite  de  l’émancipation  alors  récente  dans  beaucoup  de  pays  d’Europe.  Mais  l’islamisme-islam  [2][2]  était  à  cette  époque  tenu  pour  quantité  négligeable.  Aujourd’hui  c’est  quant  à  celui-ci  et  à  l’intérieur  de  celui-ci  que  l’histoire  semble  bégayer,  selon  la  célèbre  formule.
Cette  crise  comportait  aussi  l’antagonisme  politico-religieux  entre  l’Empire  allemand,  d’une  part,  l’Église  catholique-le  Saint-Siège,  d’autre  part.  Aujourd’hui,  dans  une  symétrie  troublante  en  tant  que  telle,  on  dirait  :  les  États  Unis  d’Amérique,  ou  l’«  empire  américain  »,  d’une  part  ;  la  Mecque  wahhabite  saoudienne  et  l’ancien  centre  de  l’islamisme-islam  au  temps  de  sa  splendeur  califale,  Bagdad,  d’autre  part.
Cette  crise  religieuse  venait  à  occuper  une  grande  place  dans  les  débats  tant  politiques  et  philosophiques  que  théologiques,  qui  tendaient  à  interdire  de  distinguer  ces  domaines  entre  eux.  Aujourd’hui  on  dirait  la  même  chose.
Les  conflits  et  débats  étaient  alors  internes  à  la  “vieille”  Europe  regardée  comme  chrétienne  :  ils  concernaient  cette  seule  des  deux  branches  religieuses  et  culturelles  issues  du  judaïsme.
Ces  débats  présentaient  une  remarquable  unanimité,  chrétienne,  philosophique,  athée,  sur  un  unique  point  :  l’obstination  à  démontrer  que  chacun  avait  quant  à  la  religion,  la  philosophie  et  la  société  mieux  que  l’autre  surpassé  le  judaïsme  [3][3].  La  concorde  si  impossible  par  ailleurs  était  “parfaite”  sur  ce  point  de  ralliement  et  de  surenchère  là  encore  tant  philosophique  que  religieux  et  même  politique.
Élie  Benamozegh,  directeur  de  séminaire  rabbinique  [4][4]  d’un  des  plus  grands  centres  du  judaïsme  et  de  l’édition  en  Europe,  rabbin  orthodoxe  [5][5],  répond  de  front  pour  notamment  demander  des  comptes  aux  éminents  auteurs  agités  par  de  telles  préoccupations.  Il  écrit  en  français,  langue  qui  tenait  alors  la  place  de  l’anglais  aujourd’hui,  surtout  pour  répondre  [6][6]  au  fond  aux  “faiseurs  d’opinion”  méprisants,  timorés  ou  tout  simplement  ignorants.

Prémonitoire,  c’est  à  dire  avertissant  à  l’avance,  il  présente  la  position  du  judaïsme  sur  la  crise  qui  agite  les  différentes  branches  du  christianisme,  du  “monde  chrétien”,  en  tant  que  cette  crise  se  répand  à  nouveau  dans  une  unanimité  artificielle  comme  anti-judaïque  (aujourd’hui,  on  dirait  sans  hésitation  :  antisémite).  Il  écrit  ce  que  les  faiseurs  d’opinion  concernés  n’ont  jamais  entendu  et  n’avaient  que  faire  d’entendre,  trop  occupés  dans  leurs  propres  conflits  à  se  faire  valoir  aux  dépens  du  judaïsme.  Quelques  éléments  parcellaires,  incohérents,  leurs  suffisaient  à  seule  fin  de  renforcer  leurs  propres  vues,  c’est-à-dire  de  satisfaire  le  besoin  de  se  rassurer  sur  leur  propre  valeur,  dont  ils  prétendaient  convaincre  activement  les  autres,  et  sinon  les  vaincre,  c’est-à-dire  les  détruire.
Aujourd’hui  en  “vieille”  Europe  on  entend  dire  cela  aussi  bien  de  l’islamisme-islam  que  du  protestantisme  américain.  Une  seule  chose  aurait  changé  :  les  protagonistes  ne  seraient  plus  tous  d’accord  entre  eux  pour  démontrer  et  mettre  en  œuvre  l’infériorité  et  la  vocation  à  disparaître  de  la  source  de  leur  culture  religieuse,  le  judaïsme.
La  prémonition,  avertissement  à  l’avance,  formulée  en  1885  par  Benamozegh  n’a  pas  eu  d’effet  direct  apparent,  alors  que  seuls  le  «  christianisme  »,  le  «  monde  chrétien  »,  et  le  judaïsme  étaient  concernés.
Aujourd’hui,  la  «  famille  »  est  enfin  réunie  dans  la  discorde  :  c’est  le  christianisme  ou  «  monde  chrétien  »  qui  se  trouve  frappé  par  l’islamisme-islam  des  effets  du  même  décret  de  caducité  que  le  premier  appliquait  au  judaïsme  à  l’époque  de  Benamozegh, décret  rigoureusement  appliqué  et  développé  jusqu’au  milieu  du  siècle  suivant.
Et  en  bonne  logique,  le  dernier  arrivé  sur  la  scène  universelle,  l’islamisme-islam,  en  général  ne  comprend  absolument  pas  que  le  précédent,  qui  est  pour  lui  le  «  christianisme  »  ou  «  monde  chrétien  »,  ne  reporte  pas  à  nouveau  unanimement  ce  décret  de  caducité  sur  le  judaïsme,  et  donc  les  juifs,  comme  c’était  le  cas  lors  de  la  crise  interne  au  christianisme  dont  traite  Benamozegh.
En  effet  et  en  conséquence  à  la  fois,  aux  yeux  d’une  bonne  part  du  monde  islamique,  les  États  Unis  d’Amérique  sont  purement  et  simplement  identifiés  au  judaïsme,  puisqu’ils  semblent  s’opposer  à  la  répétition  intégrale  de  la  crise  en  tant  qu’elle  consisterait  du  seul  point  d’accord  proposé  :  encore  une  fois,  l’anti-judaïsme  par  caducité  et  surpassement,  auto-valorisation,  prothèse  d’importance  des  inconsistants.  La  “vieille”  Europe,  de  plus  en  plus  acharnée  à  ne  pas  être  confondue  avec  l’empire  du  Nouveau  Monde,  ne  semble  même  pas  s’apercevoir  de  la  portée  des  moyens  qu’elle  emploie  pour  parvenir  au  résultat  qu’elle  souhaite  à  cet  égard  :  manifestement,  échapper  à  une  vindicte  islamique.
Origine  historique  et  plus  des  cultures  religieuse  et  pseudo-laïque  [7][1]  des  intéressés,  pas  seulement  islamiques,  le  judaïsme  serait  de  ce  fait  pour  eux  «  le  mal  »,  ce  qui  en  dit  long  sur  leur  propre  “inconscient  religieux”  ou  “inconscient  culturel”  historique,  c’est-à-dire  sur  eux-mêmes

Certes,  ce  n’est  parfois  plus  en  apparence  sur  le  terrain  religieux  que  le  surpassement  du  judaïsme  est  revendiqué.  Souvent,  cette  obstination  réfrénée  resurgit,  déplacée  de  manière  transparente  sur  un  terrain  alors  prétendu  politique  ou  même  éthique,  en  exigeant  aujourd’hui  de  l’État  juif  qu’il  se  comporte  de  manière  plus  «  chrétienne  »  que  les  chrétiens,  ou  chrétiens  culturels  emplis  de  valeurs  prétendues  laïques  —  dont  ils  sont  incapables  de  reconnaître  les  sources  et  dès  lors  la  nature  véritable  —  ne  savent  pertinemment  se  comporter,  eux-mêmes  ou  leur  propre  État.  De  ce  côté,  la  volonté  transposée  de  conversion  des  juifs  aux  valeurs  pseudo-laïques  du  monde  «  chrétien  »,  par  la  force…  instrumentalisée  de  l’islamisme-islam,  a  remplacé  l’antisémitisme  pur  et  simple,  puisque  celui-ci  est  légalement  prohibé  ou  généralement  réprouvé  aujourd’hui  dans  le  monde  «  chrétien  ».

DÈS  LORS,  quel  lecteur  aujourd’hui  comme  demain  pourrait  estimer  que  la  crise  dont  traite  Benamozegh  a  en  rien  diminué,  considérant  l’épanouissement  des  mêmes  antagonismes  et  carences  démontrées  par  l’obstination  de  surpassement  ?  Et considérant  cet  épanouissement  non  plus  au  sein  du  seul  monde  «  chrétien  »,  mais  mieux,  en  y  ajoutant  l’islamisme-islam,  dans  le  cadre  global  élargi  entre  elles  des  deux  religions  issues  du  judaïsme  ?  Et  toujours  en  prétendant,  comme  solution  «  universelle  »  aux  propres  carences,  obstinément  à  la  fois  surpasser  et  sermonner  —  pour  ne  pas  dire  beaucoup  plus  —  le  judaïsme,  les  juifs,  et  confondu  comme  il  est  dès  lors  provoqué,  l’État  juif,  regardé  comme  fauteur  des  malheurs  islamiques  du  reste  du  monde…  de  la  même  manière  que  le  judaïsme  était  à  l’époque  de  Benamozegh  souvent  regardé  comme  coupable  d’avoir  produit  le  christianisme  et,  ou,  l’obscurantisme  chrétien  [8][1].  À  L’INVERSE  des  ouvrages  aujourd’hui  passés  ou  non  d’usage  auxquels  Élie  Benamozegh  répondait,  c’est  la  question  dont  l’essai  ici  présenté  est  susceptible  de  faire  découvrir  l’ampleur.

François-Régis Dupond Muzart

———
— POUR  G. D.  ET   P. M. —
———


Meglio che scomparsa, meglio che estinzione, si dovrebbe chiamare questo sottrarsi degli e. c. dalla scena del mondo un’eclissi temporanea, un ritiramento nelle più segrete latebre dell’e., un ascondimento precario a guisa di quei fiumi che ad un tratto avvallando e sprofondandosi nelle viscere della terra si aprono una via sotterranea per miglia non poche, onde erompere di nuovo alla superficie del globo e lo antico corso seguire alla luce del sole.

E.B. S.D.E.

N.B. : Toute interprétation “ ÉSOTÉRIQUE ” ne TRAHIRAIT que les préoccupations du
LECTEUR, et NULLEMENT celles de l’ÉDITEUR.
Et ceci, aussi bien par les anti-religieux ou a-religieux que par les “libéraux”, et par ces derniers infiniment plus que par les orthodoxes, par la nature même des choses — le tout sans compter une controversée agressivité inconsciente, séquelle pas du tout évanouie de christianisation forcée et “incomplète” des origines, agressivité dont la distribution pourrait suivre une progression quelque peu inverse de la précédente.
  


DIARIO PAMPERO Cordubensis
INSTITUTO EREMITA URBANUS
Córdoba de la Nueva Andalucía, Febrero de 2009. Sopla el Pampero.¡VIVA LA PATRIA! ¡LAUS DEO TRINITARIO! ¡VIVA HISPANOAMÉRICA!gspp*.